• votre avocat

    Dotée d´une solide expérience comme exerçant exclusivement en droit des personnes et des successions depuis 16 ans

    En savoir +
  • Divorce

    Maître Laurence SAMSON FRANCOIS vous assistera et vous représentera devant les Tribunaux et Cours d´Appel pour toutes procédures

    En savoir +
  • Séparation

    L´assistance d´un avocat lors d´une séparation revêt une grande importance, aux fins que vos droits soient respectés.

    En savoir +
  • Autorité parentale

    L´autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l´intérêt de l´enfant.

    En savoir +
  • Filiation

    La filiation est le lien de parenté qui unit l´enfant à sa mère (filiation maternelle) et à son père (filiation paternelle).

    En savoir +
  • Partage de biens

    Une indivision est la réunion de droits réels de même nature appartenant à plusieurs personnes et portant sur un même bien.

    En savoir +
  • Liquidations régimes matrimoniaux

    Lors d´une proc édure de divorce ou à l´issue de celle-ci, les époux doivent proc éder à la liquidation de leur r égime matrimonial, aux fins de partager les biens acquis en commun.

    En savoir +
  • Tutelles

    La tutelle est le régime juridique auquel sont soumis les mineurs qui ne sont pas sous l´administration légale de leurs parents.

    En savoir +
  • Successions

    Le projet de loi portant réforme du droit des successions a été adopté définitivement par l´Assemblée Nationale le 13 juin 2006.

    En savoir +
  • Les droits des grands-parents

    L´article 371-4 alinéa premier du Code civil, issu de la loi du 04 mars 2002

    En savoir +

Avocat divorce Paris

Un avocat doit obligatoirement vous représenter devant le Juge aux Affaires Familiales pour une procédure de divorce, que celle-ci soit introduite par requête conjointe des deux époux ou non.
Si l’assistance d’un avocat est facultative pour l’époux défendeur lors de l’audience de conciliation, (sans avocat il ne pourra pas toutefois accepter le principe du divorce), il est impératif bien préparer celle-ci, le Juge aux Affaires Familiales disposant d’un large pouvoir quant à la fixation des mesures provisoires.
Il faut ici se référer à l'article 255 du Code civil qui énonce les pouvoirs du Juge conciliateur et qui dispose :

" Le juge peut notamment :

1° proposer aux époux une mesure de médiation et, après avoir recueilli leur accord, désigner un médiateur familial pour y procéder,

2° enjoindre aux époux de rencontrer un médiateur familial qui les informera sur l'objet et le déroulement de la médiation,

3° statuer sur les modalités de résidence séparée des époux,

4° attribuer à l'un deux la jouissance du logement et du mobilier du ménage ou partager entre eux cette jouissance, en précisant son caractère gratuit ou non et le cas échéant, en constant l'accord des époux sur le montant d'une indemnité d'occupation,

5° ordonner la remise des vêtements et objets personnels,

6° fixer la pension alimentaire et la provision pour frais d'instance que l'un des époux devra verser à son conjoint, désigner celui ou ceux des époux qui devront assurer le règlement provisoire de tout ou partie des dettes,

7° accorder à l'un des époux des provisions à valoir sur des droits dans la liquidation du régime matrimonial si la situation le rend nécessaire,

8° statuer sur l'attribution de la jouissance ou de la gestion des biens communs ou indivis autres que ceux visés au 4°, sous réserve des droits de chacun des époux dans la liquidation du régime matrimonial,

9° désigner tout professionnel qualifié en vue de dresser un inventaire estimatif ou de faire des propositions quant au règlement des intérêts pécuniaires des époux,

10° désigner un notaire en vue d'élaborer un projet de liquidation du régime matrimonial et de formation de lots à partager. "

Il est important de réfléchir sur « qui va payer quoi » : emprunts immobiliers et à la consommation, charges de copropriété, école et loisirs des enfants, pensions alimentaires ...mais aussi sur « qui reste et qui part » : a-t-on intérêt à demeurer dans le domicile conjugal ? Peut-on en assumer les charges ? Cette occupation sera-t-elle à titre gratuit ?, étant précisé que « celui qui part » peut se retrouver à assumer tout ou partie de l’emprunt immobilier ou du loyer du domicile conjugal, pour le compte de la communauté au titre du devoir de secours.

Le Juge statue aussi sur la résidence habituelle des enfants, les droits de visite et d’hébergement de l’autre parent à moins d‘une résidence alternée, la pension alimentaire auxquels ils peuvent ouvrir droit, celui des parents qui percevra les prestations familiales…
Il ne faut donc pas « botter en touche » mais se poser les bonnes questions, vous rappelant que l’avocat lors de cette audience ne peut offrir une assistance de qualité que s’il lui a été exposé exhaustivement et clairement la situation du couple, et qu’il a en sa possession tous les documents sollicités.

L’avocat a un devoir de conseil très important également en matière de fixation de prestation compensatoire ( capital, rente, déductibilité fiscale…)

Contactez le cabinet

Consultez également :

Les actualités
Voir toutes les actualités